ÉPILOGIS

VOUS…

Vous souhaitez faire construire tout en suivant une démarche écologique ;

Vous avez besoin d'une information, d’un plan, d’un permis de construire, de l’aide d’un professionnel du bâtiment ;

Vous aimeriez une maison qui ne consomme pas d’énergie en chauffage [ni en refroidissement] ;

Votre terrain n’attend plus que votre projet de Maison Passive… Demandez conseil !

 

Et NOUS…

ÉPILOGIS vous propose son aide et vous renseigne sur le Label PASSIF® 

et la prochaine Réglementation Thermique [RT2020] ;

ÉPILOGIS est l’association d’une ARCHITECTE [DPLG*] formée par La Maison Passive France

et d’un CONSULTANT EUROPÉEN MAISON PASSIVE [CEPH] certifié,

dont le but est de promouvoir le standard Passif.

 

ENSEMBLE :

Nous constituerons votre projet et vous aiderons à le mettre en œuvre ;

Nous participerons à rendre le bâtiment plus sain, plus écologique : des maisons dans lesquelles il fait bon vivre ;

Imaginons autrement l'habitat du futur : Épilogis vous propose ses maisons passives

à ossature « bois-paille », « bois-Laine de bois »,... ;

Des maisons éco-logi-nomiques : une MAISON PASSIVE ne consomme presque pas d'énergie.

De plus, les maisons ÉPILOGIS stockent le CO2 dans leurs murs ; What Else ?!

 

Vous aussi, posez votre première pierre

pour un logement d’avenir !

ÉPILOGIS , votre Maison Passive doublement écologique.

 

 (*) DPLG : Diplômé Par Le Gouvernement

Maison Passive

 

La maison passive expliquée par E=M6 et Vision Habitats

Maison France 5 - Dossier "Maison passive"


07 janvier 2016

ÉPILOGIS : Pourquoi, pour qui, par qui ?

— Passif pour le logis. Épi pour l’écologie :Ceph

C’est l’histoire d’une idée qui… germait ! Ou devrions-nous dire un idéal ? Car nous souhaitions concilier Passif et Durable, Économie et Écologie. En résumé : une maison doublement écologique.

Notre production de CO2 devient plus que problématique : elle est d’ores et déjà une catastrophe écologique sans précédent pour l’ensemble de la population mondiale. L’énergie est en cause, mais pas seulement. La production de matières premières est aussi responsable de cette pollution.

Un moyen simple (bien qu’insuffisant car il ne concerne qu’un secteur de l’industrie : le logement) de pallier cette surproduction de CO2 serait de le stocker dans nos bâtiments. En outre, si nous pouvions concilier « diminution de la consommation énergétique des bâtiments » et « stockage du CO2 » nous en aurions – peut-être enfin – fini avec l’interminable discours sur la méthode (!) pour réduire notre production de dioxyde de carbone et minimiser nos dépenses énergétiques. Serait-ce alors l’épilogue d’une longue discussion ?

Nous le pressentions. C’est pourquoi nous avons créé ÉPI-LOGIS.

LA PAILLE ? Pourquoi pas !

Aujourd’hui, moins de 10% de la paille produite en Europe suffirait à la construction de tous les bâtiments.

Le concept n’est pas nouveau. À tort, il fut bien des fois galvaudé (souvenons-nous de la fable des trois petits cochons !). Pourtant, l’idée a fait ses preuves. Pour exemple, la Maison Feuillette, debout depuis 1920, est le plus ancien bâtiment au monde construit en ossature bois et isolation paille.

Le bois, la paille ; deux réservoirs naturels de dioxyde de carbone : CQFD !

Construire des maisons en ossature BOIS - PAILLE - BOIS, ou BOIS - LAINE de BOIS - BOIS, c’est stocker du CO2 tout en garantissant une isolation de qualité, un poids du bâti considérablement allégé, la réduction des matériaux polluants, des matières premières écologiques et recyclables, la création de nouveaux métiers, la sanité du corps (un air plus naturel, hygiénique) et de l’esprit (satisfaction de contribuer à un principe évolutif authentique), des coûts raisonnables, un gain de temps considérable…

Le PSE ? Pas si mal !Comparatif PSE

Le Polystyrène a une image déplorable. Il faut dire qu'il est tiré du pétrole et qu'il demande du CO2 pour sa création. Cependant, si l'on tient compte de plusieurs critères (notamment le transport entre la zone de conditionnement et le chantier), on est agréablement surpris par la faiblesse de son empreinte écologique : 98% de vide (très peu de matière / volume isolé), fabriqué à base de résidus de pétrole (déjà là), recyclable à près de 100%... Une structure BOIS - PSE - BOIS est donc tout à fait envisageable. Voyez plutôt cette étude (source : EUMEPS Construction) > > > > > > > >

 

— Semons pour récolter :

Dès 2020, une nouvelle réglementation thermique verra le jour en Europe. Elle imposera comme norme le standard « Passif ». Pourquoi attendre ? Dès aujourd’hui, chacun peut prétendre au confort d’une Maison Passive. Chacun peut exiger une maison de qualité, saine et respectueuse de l’environnement.

Pour les particuliers, le secteur tertiaire ou les promoteurs immobiliers, l’accès au passif doublement écologique n’est plus une fiction. C’est une réalité. Ce devrait être une évidence.

— Un partenariat :

BBernard AFFLATET est électronicien de formation et a fait ses études à l'Université des Sciences et Techniques du Languedoc / Montpellier II (maths, physique et chimie). Il est autoentrepreneur depuis 2010 dans le domaine du bâtiment (électricité, plomberie, rénovation…).

Autodidacte, Bernard s'est auto-formé dans le domaine du Bâtiment Passif de 2013 à 2014, puis a suivi en 2014 la même formation que Catherine. Il a passé l’examen et a obtenu le diplôme de Conseiller/Consultant Européen Maison Passive : le CEPH, délivré par le PassivHaus Institut Allemand (voir la liste des diplômés). Deux personnes actuellement diplômées dans le département du Gard (voir la carte des CEPH).

Bernard se spécialise actuellement dans l’utilisation du logiciel PHPP et est rédacteur-expert pour le site COMPRENDRECHOISIR.

&

Catherine JIMENEZ est Architecte DPLG* depuis 1997. C

Elle a exercé sur les secteurs d’Avignon, de Saint-Laurent des Arbres, Bagnols-sur-Cèze, Carpentras, Pertuis, Cavaillon, Vénéjan, Laudun…  Elle a animé l’atelier petit patrimoine et paysage ATOUT Environnement – Association d’Insertion de Bagnols sur Céze, puis fut architecte en libéral jusqu’en 2003, avant d’intégrer l’équipe de l’ATELIER LEFEVRE ARCHITECTE jusqu’en 2013.

La conjoncture économique a malheureusement eu raison de cette société. L’année 2014 fut mise à profit pour concrétiser un projet de longue date : se former au standard PASSIF.

Catherine a suivi la formation délivrée par l’unique organisme habilité à certifier les bâtiments Passifs : Le PassivHaus Institut Allemand, représenté par LA MAISON PASSIVE FRANCE, sise la Fabrique 21 à Carrières-sous-Poissy.

(*) DPLG : Diplômé Par Le Gouvernement 

 

Au salon ARCHITECT@WORK - Marseille 15-10-2015    MIDI LIBRE le 5 janvier 2016

  

Diplômes :

Architecte DPLG   Ceph   CEPH

CV de Catherine JIMENEZ

 

Quelques réalisations :

(voir aussi le menu déroulant : "Architecture - Réalisations")

C Jimenez 1C Jimenez 2

C Jimenez 3C Jimenez 4

 

C. JIMENEZ - Architecte DPLG*

ARCHITECTE MAISON PASSIVE GARD ARCHITECTURE BATIMENT PASSIF 30 

(*) DPLG : Diplômée Par Le Gouvernement

CV de Catherine JIMENEZ

Compétences & Expériences

 Catherine JIMENEZ – Architecte DPLG

C

 

MISSIONS

2013

Aménagement et restructuration des bureaux du 1er étage de la CCI en secteur sauvegardé à Avignon (84) au sein de l’Hôtel Particulier (7 salons restaurés de 2003 à 2013).

Budget 2013 : 41 806.02 €HT. Mission complète + suivi de la campagne de sondage et de recherche historique.

 

Dossier de mise en conformité Hôtel Danieli rue de la République à Avignon (84).

 

Conception et restructuration d’un appartement de 124 m² au rez-de-chaussée d’un immeuble de 3 étages en secteur sauvegardé à Avignon (84), rue Saint-Thomas d'Aquin.

Budget : 217 932 €HT Mission complète.

 

Aménagement et décoration d’une maison de ville de 280 m² à Avignon (84).

Budget : 125 000 €HT   Esquisses, projet, réalisation, suivi de chantier.

 

Projet d’habitat collectif en secteur sauvegardé à Avignon (84), rue Dorée. Restauration et réhabilitation d’un hôtel particulier XVIII° en 14 appartements.

Bugdet : 1 200 000 €HT Mission complète.

 

Étude de faisabilité travaux de confortation et d’entretien cage d’escalier et appuis des baies sur cour Hôtel Particulier, rue de la Banasterie à Avignon (84). Relevé, diagnostic, identification des  pathologies, estimations des coûts.

Budget   : 55 156 €HT.

 

Aménagement d’un immeuble de 3 étages en secteur sauvegardé à Avignon (84), rue Grande Fusterie, en maison de ville individuelle. Façade protégée et inscrite MH. Immeuble d’origine médiévale avec juxtaposition de strates du XVI au XX° siècles en très mauvais état. Suivi de l’étude archéologique de la façade, suivi des sondages.

Budget : 868 640 €HT Mission étude jusqu’au DCE.

2012

Projet d’habitat collectif en secteur sauvegardé à Avignon (84), place Jérusalem. Réhabilitation d’un immeuble médiéval en 6 appartements, en état de ruine et d’insalubrité avancé et en situation difficile. Partiellement habité.

Budget : 943 742 €HT Mission complète.

 

Projet d’habitat collectif, secteur sauvegardé de Carpentras (84). Restauration et réhabilitation de l’hôtel Fortunet en 13 appartements  (1 300 m²).

Bugdet : 1 268 120 €HT Mission complète.

 

Eglise Saint Nicolas de Pertuis (84). Études préliminaires de bâtiments publics inscrits. Description, analyse des pathologies, relevés architecturaux de la façade... Mise en sécurité de la façade et création d’une rampe d’accès.

2012. budget : 43 642 €HT / 2011. Réfection de la toiture et travaux d’entretien - budget : 191 976 €HT.

 

Restructuration et aménagement d’un immeuble du XX° en secteur sauvegardé à Avignon (84), rue Victor Hugo, en 7 appartements (360 m²).

Budget : 800 000 €HT Mission étude DCE. Chantier Studio BT architectes. 

2011

Projet d’habitat collectif en secteur sauvegardé de Carpentras (84), rue Raspail. Restauration et réhabilitation de 5 immeubles insalubres en 16 appartements  et 3 commerces (1 300 m²).

Budget : 2 027 304 €HT Mission complète.

 

Projet d’habitat collectif en secteur sauvegardé à Avignon (84), rue des Lices. Restauration et réhabilitation de 2  immeubles insalubres en 6 appartements en triplex et garages (793 m²).

Budget : 1 569 900 €HT Mission étude DCE en collaboration avec Studio BT architectes, mission Chantier Studio BT.

 

Réfection d’un appartement Hôtel de Vallabrègues à Avignon (84), rue sainte Croix. Étude préalable, sondages, relevé, étude de faisabilité.

Budget : 100 000 €HT.

 

Suivi des dossiers PC et DCE pour les magasins Alinéa : Le Pontet (84), Aubagne (13), Saint Etienne-Villars (42) ... de 2003 à 2011. 

Plus…

2004 : Réaménagement et décoration du restaurant pédagogique de l’École Hôtelière d’Avignon (84).

Budget : 485 200 €HT Mission complète.

Réfection de l’église Jean XXIII à Avignon (84). Réfection des toitures, reprise des façades, changement des menuiseries, reprise des revêtements de sols.

2003 : Réhabilitation d’un mas à Cavaillon (84).

Aménagement et extension de bureaux pour Citadis en secteur sauvegardé à Avignon (84). Réfection des façades.

2002 : Projet d’une crèche communale à Goudargues (30). Mission complète.

2000 : Création d’un jardin public à Laudun (30).

1998 : Création et restructuration d’un jardin privé dans le cœur du vieux village de Vénéjan (30).

 

LOGICIELS

AutoCAD

Vector

SketchUp

InDesign

Photoshop

Maison Passive - 2016

ARCHITECTE MAISON PASSIVE GARD ARCHITECTURE BATIMENT PASSIF 30 

Conception maison passive pour une résidence privée à Valliguières (30).

Surface habitable = 134m² hors terrasses

Budget : 255 400 €HT hors honoraires phase DCE (Prix indicatif)

Valliguières (1)

Valliguières (2)

Valliguières (3)

Valliguières (4)

Valliguières (5)

Valliguières (6)

Ceph

Posté par bernard-afflatet à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

05 janvier 2016

Jardin privé - 1998

 

Création et restructuration d’un jardin public dans le coeur ancien de Vénéjan (30)

Vieux Village de Vénéjan 2

Vieux Village de Vénéjan 1

Jardin Privé Vénéjan 1-2

Jardin Privé Vénéjan 2-2

Posté par bernard-afflatet à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Saint-Thomas d'Aquin - 2013

ARCHITECTE MAISON PASSIVE GARD ARCHITECTURE BATIMENT PASSIF 30

Conception et restructuration d’un appartement de 124m² au rez-de-chaussée d’un immeuble de 3 étages en secteur sauvegardé à Avignon (84).

Budget : 217 932 €HT Mission complète 

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (2)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (3) 

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (4)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (5) 

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (6)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (7) 

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (13)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (9) 

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (10)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (11)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (12)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (8)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (14)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (15)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (16)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (17)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (18)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (19)

Saint Thomas d'Aquin-Avignon (20)

Posté par bernard-afflatet à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 septembre 2015

OÙ SOMMES-NOUS ?

Vous pouvez nous contacter

Par Mail :

epilogis.com@gmail.com

Par Téléphone :

0687940101

Par Courrier :

EPILOGIS

B. Afflatet & C. Jimenez

218 quartier Vaillancourt 30210 VALLIGUIÈRES

NOUS SITUER

Posté par bernard-afflatet à 12:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

DÉFINITION

Pourquoi « Passive » ?Logo-maison-passive-france r

Parce qu’une Maison Passive ne dépense quasiment pas d’énergie pour se chauffer. Elle récupère les calories de l’air ambiant, lesquelles sont produites par les habitants, le soleil, les appareils électriques, l’électroménager, etc.

De plus, cette « passivité » s’applique au quotidien pour les occupants qui laissent la maison s’occuper de leur confort !

Vous pouvez consulter nos articles visibles sur le site ComprendreChoisir pour lequel nous avons été sélectionnés et sommes rédacteur-expert.

Mais qui mieux que La Maison Passive France pouvait poser des mots sur ce concept ?

Voici leur définition d’une « maison passive » :

Le Bâtiment Passif®, souvent appelée « maison sans chauffage », repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l’utilisation de l’apport de chaleur "passive" du soleil, sur une très forte isolation (des murs, des fenêtres, etc.), sur l’absence de ponts thermiques (voir Glossaire), sur une grande étanchéité à l’air ainsi que sur le contrôle de la ventilation.

Une maison passive consomme 90% d’énergie de chauffage en moins qu’une construction existante. Et 75% de moins qu’une maison nouvellement construite selon la réglementation thermique actuelle (RT 2005). Quels que soient son mode de construction et sa situation géographique, une maison passive, avec tout le confort actuel, n’a pas besoin de plus de 15 kWh par m² et par an (soit 1,5 litre par m² et par an d’équivalent pétrole) en chauffage. Les réalisations passives actuelles montrent que cette définition est valable pour des régions au climat rude ou au climat méridional ; soit toute la zone comprise entre Madrid et Stockholm. Une maison passive ne coûte qu’entre 10 à 25 euros par mois en chauffage. Ce qui est nettement plus faible qu’une maison basse énergie (entre 40 à 65 kWh/(m²a), selon la zone climatique). Et pourtant le confort y est nettement meilleur !

Pour se chauffer, la maison passive utilise toutes les sources de chaleur disponibles (soleil, habitants, électroménager, etc.). L’isolation extrêmement poussée des murs extérieurs, du toit et du sol ; ainsi que des fenêtres triple vitrage permettent de garder la chaleur à l’intérieur. L’air neuf est fourni par une ventilation mécanique contrôlée (VMC), double flux et inaudible (25db), qui récupère la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air entrant.

Trois critères permettent de déterminer si un bâtiment peut obtenir la labellisation « Bâtiment Passif® / Passivhaus® » :

• Besoins en chauffage < 15 kWh/(m².a) ou puissance de chauffe < 10 W/m²

• Étanchéité de l’enveloppe : n50 ≤ 0,6 h-1

• Besoins en énergie primaire totale (électroménager inclus) < 120 kWh/(m².a)

Pour assurer le confort autant l’été que l’hiver, une maison passive, doit être conçue pour éviter les déperditions non-contrôlées (dites "parasites"), notamment d’air chaud. À ce titre, son étanchéité à l’air est primordiale. La maison passive n’aime pas non plus les ponts thermiques ; ces endroits du bâti où la chaleur s’échappe plus vite... et inutilement. Ils sont généralement dus à un assemblage non-étanche à l’air des éléments porteurs de l’édifice. La maison passive réduit ces zones de déperdition de manière drastique.

Techniquement, un Bâtiment Passif®, c’est : une isolation renforcée, des fenêtres dites « chaudes », une ventilation avec récupération de chaleur, l’étanchéité à l’air, la suppression des ponts thermiques, l’optimisation des apports solaires gratuits, ainsi que l’utilisation d’appareils peu gourmands en énergie. Financièrement, le Bâtiment Passif® est le meilleur compromis de construction entre coût global d’exploitation et investissement.

Cela passe par une conception et une construction particulièrement soignée, dont voici les pierres angulaires. Il ne s’agit pas d’obligations de la norme, mais plutôt de conseils qui doivent permettre de respecter les trois critères cités plus haut :

1. Un climat intérieur agréable est possible sans système de chauffage ou de climatisation. Pour cela, les besoins en chauffage ne doivent pas dépasser la valeur de 15 kWh/(m²a).

2. Les critères de confort doivent être respectés dans toutes les pièces d’habitation, aussi bien l’hiver que l’été. Cela implique généralement les conditions suivantes : 
La valeur U (coefficient de déperdition thermique) doit être inférieure à 0,15W/(m²K) pour les cloisons opaques ; 
La valeur U des fenêtres et autres parois translucides doit être inférieure à 0,8 W/(m²K) ; 
Les parois translucides (fenêtres, ect.) avec une orientation ouest ou est (±50°) tout comme celles ayant une inclinaison inférieure à 75° (par rapport à l’horizontale) ne doivent pas représenter plus de 15% de la surface habitable. Sinon, elles doivent être équipées d’une protection solaire temporaire (volet, rideau) ayant un facteur de protection de 75%. Pour les fenêtres orientées au sud, la limite est fixée à 25% de la surface utile ; 
La température de l’air à l’entrée des pièces ne doit pas descendre au dessous de 17°C ; 
Une circulation d’air uniforme dans toutes les pièces doit être observée (efficacité de l’aération) ; 
La ventilation doit avant tout respecter l’hygiène de l’air (DIN 1946) ;
Le bruit causé de la ventilation doit être très faible (inférieur à 25bDa) ; 
Les maisons doivent avoir dans chaque pièce au moins une aération vers l’extérieur ; une ventilation de l’habitation grâce à l’air extérieur doit être possible pendant les nuits d’été (« rafraîchissement d’été »).

3. L’énergie primaire nécessaire pour toutes les activités du foyer (chauffage, ECS, électricité du foyer) ne doit pas dépasser les 120 kWh/(m²a).

Les principes à respecter dans la construction des maisons passives : 
Bonne protection contre la chaleur et compacité : enveloppe extérieure U strictement inférieure à 0,15 W/(m²K) ; 

Orientation sud sans pont thermique et absence d’ombre : utilisation du solaire passif ; 
Vitrage ultra-performant et châssis de fenêtre : UW strictement inférieur à 0,8 W/(m²K) facteur g aux alentours de 50 % ; 
Étanchéité à l’air : n50 strictement inférieur à 0,6 h-1 ; 
Récupération de la chaleur de l’air sortant : taux de récupération strictement supérieur à 75% ; 
Appareils ménagers économes en énergie : appareillage hautement efficace (classe énergétique type A) ; 
Réchauffage passif de l’air : optionnel : géothermie, température de l’air en hiver supérieure à 5°C.

Une autre façon de définir une « maison passive » :

Maison Passive

 

La maison passive est un concept de construction qui part du principe qu’une maison avec tout le confort moderne n’a pas besoin de plus de 15 kWh par m² et par an de chauffage, que la consommation d’énergie primaire ne doit pas dépasser la valeur de 120 kWh par m² et par an et que l’étanchéité à l’air soit efficace avec un paramètre n50 < 0,6 h-1. Les réalisations du Vorarlberg en Autriche et d’ailleurs (Allemagne, Suède, Italie, etc...), montrent que cette hypothèse est non seulement tout à fait correcte, mais qu’en plus elle est valable pour des régions au climat rude comme au climat plus méridional. Donc généralisable à peu près partout.

Pourquoi 15 kWh par m² et par an de chauffage ? 
Eh bien, parce que la pratique (et la théorie) montrent qu’au dessous de cette valeur, une maison n’a plus besoin d’avoir de système de chauffage indépendant. Elle se chauffe "toute seule" : les apports du soleil et ceux de ses habitants suffisent à maintenir une température agréable et cela tout au long de l’année (c’est à dire autant l’hiver que l’été). C’est pourquoi les maisons passives sont aussi appelées les "maisons sans chauffage ni climatisation". Les critères de consommation globale et d’étanchéité à l’air permettent de compléter le standard, de manière à obtenir une définition cohérente et valable partout, universelle en quelque sorte. Souvenons nous que le concept de "maison passive" n’a pas été "inventé", mais bien plutôt "découvert".

Est-ce qu’une maison passive coûte cher ? 
En fait, non. Les gains de chauffage notamment (qui sont dix fois inférieurs à ceux d’une maison standard) permettent d’investir davantage dans l’isolation et dans une ventilation intelligente. Le chauffage n’étant que la dernière roue du chariot, on peut se permettre là aussi de substantielles économies... On a trop souvent tendance à ne considérer que les coûts de construction et à l’instant zéro. Pourtant les énergies (et le Co2...) ont la fâcheuse tendance d’augmenter régulièrement. En considérant le coût "global" d’une construction sur une durée "de possession" moyenne, le concept de construction selon le standard "maison passive" est le plus économique actuellement et s’avère nettement plus rentable dans le temps que d’autres constructions à l’investissement initial peut-être plus "léger" (dans tous les sens du terme).

Existe-t-il des maisons passives préfabriquées ? 
Oui. La maison passive se laissant plus facilement construire à l’aide de blocs préfabriqués en usine, les maisons passives préfabriquées existent. Quelques constructeurs en proposent. Le système préfabriqué permettant de maîtriser la totalité des composants avant de les mettre en site. Il permet de réduire les coûts d’une manière importante et d’avoir une certitude de résultat. Néanmoins, la rénovation est de loin le marché le plus vaste pour la maison passive. Et ici les paramètres sont plus difficilement contrôlables... Le saint Graal en quelque sorte...

Combien y a-t-il de maisons passives ? Et en France ? 
On considère qu’il y a environ 7000 maisons passives en Allemagne et 10.000 en Europe (données 2007). Tendance croissante puisque leur nombre double presque chaque année. Il y en a quelques-unes en France. Elles ne sont malheureusement pas encore très répandues, mais l’exemple de Nice montre qu’une maison passive se justifie même sous un climat plus méridional.

NOS ARTICLES...

Pour consulter nos articles en rapport avec le standard passif, n'hésitez pas à cliquer sur les liens ci-dessous. Ils vous mèneront vers le site ComprendreChoisir, pour lequel nous avons été sélectionnés et officions en tant que rédacteur-expert :

Avantages et limites d'une MAISON PASSIVE ;

Étanchéité ;

Formation et diplôme ;ComprendreChoisir

Les murs, le sol, la toiture et les ouvertures ;

Le chauffage et la ventilation ;

Le logiciel PHPP outil indispensable pour les créateurs de Maisons Passives ;

Les différents modèles suivant les techniques employées.

 

.

10 janvier 2015

GLOSSAIRE

Quelques précisions :

Glossaire icone

— 15kWh/m².a (15 kWh par m² et par an) ou 10W/m² maximum : Le standard de température intérieure admis en Maison Passive est 20°C. Pour maintenir en permanence cette température, une Maison Passive ne doit pas dépasser la valeur admise pour les besoins en énergie de chauffage (ou de rafraîchissement), soit 15kWh/m² et par an (La moyenne française en 2007 dépassait les 200kWh/m²a !) ; c’est environ quatre fois moins que la RT2012.

Exemple : pour chauffer une Maison Passive de 100m², 1500kWh maximum suffisent par an.

Parallèlement, la puissance de chauffage maximale admise est de 10W/m².

Ces valeurs résultent d’un savant calcul et des croisements de données au sein d’un logiciel spécialement conçu pour la conception et la certification des Maisons Passives : le PHPP (Passive House Planning Package)

— 120kWh/m².a maximum : Il s’agit de l’énergie primaire (non transformée) totale admise pour le standard Maison Passive. Cette quantité doit être suffisante pour l’utilisation de toutes les sources consommatrices d’énergie du foyer (chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage, électroménager, etc.).

— n50 ≤ 0,6 h-1 : Il s’agit de la valeur limite admise résultant du test d’étanchéité à l’air d’une Maison Passive (test d’infiltrométrie). Cette mesure implique une mise sous pression (et dépression) du bâtiment – par l’intermédiaire d’une blower-door (porte-soufflante) – d’une intensité de 50 Pascal. Pour imager, cela est comparable  à un « vent » de 32km/h. Soumise à cette surpression, une Maison Passive ne doit pas laisser s’échapper plus de 0,6 fois son volume d’air en une heure. Notons que la nouvelle norme (RT2012) actuellement en vigueur admet pour un tel volume une pression équivalente à seulement 4 Pascal (un « vent » de 9km/h) !

Ce test est la garantie d’une étanchéité indispensable au bon fonctionnement d’une Maison Passive :

Une enveloppe étanche + Un air recyclé/réchauffé = Confort maximal !

— Ponts thermiques : La chaleur, transmise par les flux d’air, a tendance à s’échapper par les points faibles des bâtiments. Ceux-ci sont créés par les zones où la résistance thermique est affaiblie : jonctions des éléments porteurs, balcons, angles de murs, mauvaise mise en œuvre de l’étanchéité, etc.

La construction codifiée d’une Maison Passive vise à minorer ces points faibles pour réduire au maximum l’influence des ponts thermiques.

— Valeur U : La lettre U représente le coefficient de transmission thermique. Cette valeur est inversement proportionnelle à R qui représente la résistance thermique d’un matériau. Pour simplifier ; plus U est faible, plus le matériau est isolant, car sa résistance thermique R est grande. Inversement ; plus U est grand, plus R est faible, moins le matériau est isolant. On peut bien sûr ramener cette valeur U à un assemblage de matériaux (une paroi par exemple constituée de divers éléments : bois, béton, laine de verre, plaque de plâtre…), ou à des éléments constructifs distincts comme les fenêtres (vitrage, châssis, etc).

En Maison Passive, on privilégie les éléments dont les valeurs U sont les plus faibles possibles. La plupart de ces éléments font l’objet de certification(s) par le PHI Allemand (PassivHaus Institut).

— VMC double-flux : C’est l’élément central d’une Maison Passive ! Il est indispensable et on peut faire l’analogie avec différents organes du corps humain.

Les poumons : la Ventilation Mécanique Contrôlée Double-Flux souffle de l’air neuf et aspire l’air vicié en permanence. Grâce à elle, le bâtiment respire véritablement. Un double réseau de canalisations se charge de distribuer l’air dans chaque pièce. Ouvrir les fenêtres n’est plus indispensable dans une Maison Passive ! (DIN1946)

Le foie : L’air entrant est filtré pour garantir une atmosphère de qualité.

La thermorégulation : Les calories de l’air sortant croisent celles de l’air entrant à l’intérieur d’un échangeur thermique statique performant (rendement  > 75%). Cela permet à l’air neuf de se réchauffer sans entrer en contact direct avec l’air entrant.

 

Posté par bernard-afflatet à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,